Appelez nous : (514)-419-0505

Bilan immobilier de Janvier 2021

Les ventes, les inscriptions et les prix

L’année 2021 commence sur les chapeaux de roue avec des performances records de vente, et une augmentation significative des prix.

Malgré un mois de janvier passé en confinement, le marché immobilier de la Région métropolitaine de Montréal continue sur sa lancée, en progressant de mois en mois. La crise sanitaire n’a donc pas eu l’impact attendu.

En effet, on enregistre une augmentation de 17% des ventes, toutes propriétés confondues, comparé à janvier 2020.

Trois secteurs notamment sont en forte progression :

  • Rive sud et Montréal : +17%
  • Rive Nord :  +29%
  • Vaudreuil- Soulanges :  +33%

On remarque un essoufflement à quelques endroits comme à Laval ou à Saint- Jean-sur-  Richelieu, ou encore pour certains types de biens comme les propriétés unifamiliales. Ceci s’explique par le manque de propriétés disponibles sur le marché.

Même si les inscriptions sont, de façon générale, en baisse (-25%) on constate une hausse de celles-ci, particulièrement pour les copropriétés de la RME (+9%).

C’est d’autant plus marqué à Montréal, avec une hausse de 55%.

Les prix médians quant à eux, sont encore en augmentation ; +23% en janvier pour les propriétés unifamiliales par exemple.

À l’heure actuelle, nous sommes toujours dans un marché de vendeurs, ou les offres multiples et les ventes en surenchères sont encore largement présentes.

Quelques chiffres :

  • Ventes totales :  +17% pour 3971 ventes
  • Inscriptions en vigueur :  – 25% pour 11 176 inscriptions

Détails selon les types de propriétés :

  • Unifamiliales
    • Ventes : +11%
    • Inscriptions : -51%
    • Prix médian : + 23% pour 434 000$
  • Copropriété
    • Ventes : +20%
    • Inscriptions : +9%
    • Prix médian : +17% pour 322 000$
  • Plex
    • Ventes : +34%
    • Inscriptions : ???
    • Prix médian : +14% pour 650 000$

Les locations

Les avis d’augmentation de loyer pour les baux se terminant au 30 juin doivent arriver sous peu. Selon le TAL, le Tribunal Administratif du logement, les locataires peuvent s’attendre à des augmentations de loyer moins fortes que l’an passé.

Par exemple, un logement non chauffé qui n’a subi aucune rénovation majeure l’an dernier, peut s’attendre à voir son loyer augmenter de 0,8% en 2021.  L’an dernier, cette augmentation s’élevait à 1,2%.

Cela s’explique puisque tous les critères qui justifient une hausse de loyer en 2021 sont en baisse. Nous parlons ici de l’électricité, des frais d’entretien, de service ou de gestion, ou encore, des frais de rénovation.

Autre fait marquant, selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) le taux d’inoccupation est passé de 1,5% en 2019 à 2,7% en 2020, permettant au marché locatif de respirer un peu. Ceci est dû en partie aux restrictions migratoires mis-en-place dans le pays, ainsi que par l’annulation de cours universitaires, transmis à une audience réelle.

Article précédent

2020, une année particulière

Compare listings

Compare