Appelez nous : (514)-419-0505

Bilan immobilier de février 2021

Un marché immobilier en feu

La grande région de Montréal

Source CIGM

Le mois de février marque le premier mois depuis 2015 dans la Grande région de Montréal où les ventes résidentielles sont en baisse – 3%, ce qui s’explique par le manque d’inventaire sur le marché en ce moment.

L’île de Montréal, quant à elle, n’est pas atteinte par ce phénomène et enregistre toujours une hausse des ventes de 6%, essentiellement attribuables aux copropriétés.

Dans les secteurs périphériques, les ventes sont clairement en baisse :
• Saint-Jean-sur -Richelieu -32%
• Laval -14%
• Vaudreuil-Soulanges -10%
• Rive-sud -8%
• Rive-Nord -3%

Certains biens immobiliers comme les plex et les copropriétés sont toujours des biens recherchés, enregistrant respectivement +19% et +8% de vente ce mois-ci.

Les inscriptions globales sont encore une fois en baisse -26%. Les unifamiliales enregistrent la plus importante diminution avec -51%, notamment dans les secteurs périphériques de l’île.
Cependant, les copropriétés voient leur nombre d’inscriptions augmenter de 10% à l’échelle du Grand Montréal et de 54% sur l’île même.

Les conditions du marché, toujours très favorables aux vendeurs, font accroître encore une fois les prix médians sur fond de surenchères. L’unifamiliale, par exemple, atteint le prix médian de 460 000$ (+28 %), soit 100 000 $ de plus qu’il y a 12 mois à peine.

Comme le note Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché à l’APCIQ « En février, l’activité de la copropriété a compensé pour la baisse des ventes de l’unifamiliale. La chute de l’inventaire des propriétés disponibles à la vente et la hausse fulgurante des prix de l’unifamiliale expliquent en partie l’augmentation des transactions en faveur de la copropriété et du plex » « L’écart entre le prix médian des copropriétés du centre-ville de l’île de Montréal (en baisse) et de la banlieue (en forte hausse) tend à se réduire significativement » ajoute-t-il.

Quelques chiffres :
– Ventes totales -3% pour 5601 ventes
– Inscriptions en rigueur – 26% pour 11 355 inscriptions

Détails selon les types de propriétés :

  • Unifamiliales
    • Ventes : -14%
    • Inscriptions : -51%
    • Prix médian : + 28% pour 460 000$
  • Copropriétés
    • Ventes : +8%
    • Inscriptions : +10%
    • Prix médian : +24% pour 340 000$
  • Plex
    • Ventes : +19%
    • Inscriptions : -3%
    • Prix médian : +9% pour 650 000$

Que se passe-t-il chez nos voisins ?

Dans la grande région de Toronto

Source TRREB (Toronto Regional Real estate Board)

Dans la grande région de Toronto, le mois de février marque une fois de plus de nouveaux records de vente avec +52%. Les copropriétés mènent la danse avec +64% de vente.

Les prix continuent de s’enflammer avec une augmentation de presque 15% pour atteindre un prix médian, toutes propriétés confondues, avoisinant 1 045 000$.

La pandémie ne fait pas peur plus que cela aux acheteurs, qui, confiant dans leurs emplois, profitent des très faibles taux hypothécaires pour acheter.

Dans la grande région de Vancouver

Source Chambre immobilière du Grand Vancouver

La grande région de Vancouver doit faire face à un marché immobilier en surchauffe. Les ventes ont grimpé de plus de 50% entre janvier et février et de plus de 70% par rapport à l’année dernière.

Les ventes de février ont été si fortes qu’elles étaient supérieures de 42,8% à la moyenne des ventes sur 10 ans pour le mois de février.

Les inscriptions, quant à elles, continuent d’augmenter 5 048 en février 2021 contre 4 002 en Février 2020.

Les prix de vente sont aussi en augmentation notamment pour l’unifamilial +6,8% pour atteindre un peu plus de 1 000 000$ en moyenne.

Compare listings

Compare