2020, une année particulière

L’année 2020 fut une année particulière dont nous nous souviendrons tous.

Elle avait commencé sur les chapeaux de roue avec un nombre de ventes record au premier trimestre.

Puis, la Covid-19 est arrivée et avec, une crise sanitaire et économique.

Selon l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), la pandémie a provoqué une perte de 820 500 emplois entre février et avril 2020, faisant passer le taux de chômage de 4,5% à 17%.  Actuellement, la province s’est bien rattrapée et le taux de chômage se situe autour de 7,7%.

2020 en immobilier

Le marché de la revente

Malgré le contexte particulier de cette année 2020, le marché immobilier de la RMR de Montréal a battu tous les records selon l’APCIQ, l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec. On compte près de 110 000 transactions sur l’année, soit 15% de plus de ventes comparé à 2019.

Dans celles-ci, on remarque une hausse importante des ventes de propriétés unifamiliales (+17%) et également des ventes hors RMR.

Ventes par mois RMR Montréal (données non disponibles pour Décembre)

Les inscriptions, quant à elles, sont en baisse (-29%).

Les prix des propriétés ont, quant à eux, augmenté. Les biens unifamiliaux au Québec ont atteint un nouveau record avec un prix moyen de 295 000$.

Avec la pandémie, les intentions d’achat ont changé. En effet, pour les 1ers acheteurs, le critère de prix n’est plus le 1er point. Le télétravail a changé la donne. Beaucoup privilégient désormais le confort, une meilleure qualité de vie et un espace extérieur. Il est maintenant indispensable de se sentir bien chez soi.

Les acheteurs expérimentés eux, ont su saisir les opportunités. Les ventes de propriétés de plus de 700 000$ ont augmenté.

De plus, on note aussi une hausse des ventes de propriétés secondaires ce qui correspond à l’envie des gens de sortir des villes.

L’année 2020 était définitivement favorable aux vendeurs.

Le marché locatif

Selon la SCHL, la Société canadienne d’hypothèques et du logement, Montréal a fait face à une réelle crise du logement en 2020.

Le taux d’inoccupation se situe autour de 1.5 %. Le taux de rotation lui autour de 15.7 %. Le loyer moyen pour un logement de 2 chambres se trouve autour de 855$, mais certains secteurs voient ces prix exploser.

Prédictions pour 2021

Toujours selon l’APCIQ, les ventes devraient connaître une légère baisse mais l’activité devrait rester forte.

Les conditions devraient rester favorables aux vendeurs même si l’on prévoit une hausse des propriétés remises sur le marché dû à la fin des aides du gouvernement et au report des paiements d’hypothèque.

Le faible niveau d’inscription devrait perdurer ce qui pourrait freiner un peu les ventes.

Enfin la hausse des prix devrait être plus modérée quand 2020.

Le marché locatif quant à lui devrait rester tendu.

Article précédent

Bilan immobilier de Novembre 2020

Compare listings

Compare